Sécheresse : l'agriculture vosgienne va mal

17 octobre 2018
Télécharger le podcast

Pas une goutte d'eau pour les cultures, un constat amer pour les agriculteurs vosgiens.

Reportage VOSGES FM de Clémence VUILLAUME, avec Philippe CLÉMENT, président de la FDSEA des Vosges

Les prévisions météos confirment ce que les agriculteurs craignaient. La sécheresse qui sévit dans le département depuis le mois de juin, impacte directement les cultures de fourrages. Dans la majorité des exploitations vosgiennes, ayant une vocation d'élevage, le manque de fourrage se fait déjà ressentir et les stocks pour l'hiver sont entamés avec trois mois d'avance. Après une première coupe de qualité moyenne avec un rendement inférieure de 5 à 10 % d'une année normale, et sans regain ni troisième coupe, le déficit de fourrage est d'environ 50 %. Même constat pour les exploitations de polyculture élevage qui rencontrent des problèmes au niveau des semis, comme le colza, et se demande comment faire pousser les graines de blé ou d'orge sans eau.

De grosses interrogations subsistent, quant à la capacité de l'herbe à se renouveler après un tel désastre climatique, en supposant que la pluie tombe raisonnablement d'ici quelques semaines. Du jamais vu, bien qu'en 1976 la France ait connu un épisode de sécheresse intense cependant avec une arrière saison humide, ce qui a permis aux cultures de fourrage de redémarrer. Comment s'adapter ? C'est la question qui brûle les lèvres des agriculteurs, qui ont trouvé des solutions en vendant leurs bêtes ou en favorisant l’inter-culture, même s'ils ne sont pas sûrs que cela fonctionne. Ce qui représente un surcoût estimé à 20 000 euros, relatif à la taille des exploitations.